Mes premiers pas à… Chambéry

Il est l’heure d’explorer un tout nouveau rendez-vous sur « Oh My Alps ». Le concept est simple : « Mes premiers pas » vous invite à vivre les premiers instants, le premier ressenti que l’on se fait d’un lieu, sans filtres. L’ambiance qui se dégage d’un endroit et les mots qui viennent à l’esprit. Comme on dit, la première impression est souvent la bonne ; pour ce premier billet, je découvre pour la première fois Chambéry, la « Cité des Ducs » qui abrite 58 000 alpins à l’année. Alors ça vaut le coup ?

Avant de venir vivre dans les Alpes, la ville de Chambéry m’évoquait vaguement une ville peuplée de chalets aux toits fumants et chaleureux, avec ce délicieux parfum de reblochon qui titille vos narines vers 19h44 un soir d’hiver. Pour le fromage, on repassera car nous sommes au tout début de l’été. Alors, est-ce que j’avais faux sur toute la ligne en imaginant toutes ces idées un peu clichés je l’admets ? Réponse en pérégrinations.

L’air est doux en ce samedi 20 juin. Pas étouffant. Juste doux. Tout au plus 25°c. De rares cumulus décorent le ciel. La fête de la musique dans l’air, c’est l’heure d’errer l’air de rien dans les venelles médiévales de Chambéry. Direction la vieille ville.

IMG_2515[1]

La place Saint-Léger

Quiétude, c’est le mot qui me frappe aux premiers instants. J’ai rarement senti une aussi grande sérénité dans une ville. Les ruelles sont pourtant très dynamiques. Ça grouille de vie, de joie et de fougue. Pourtant cette foule est presque silencieuse. Dans les parcs, l’adjectif « reposant » règne en maître. Des couples assez jeunes et des retraités aux plus belles couleurs de leurs vies semblent insouciants. Oui, le mot est lâché : insouciants, en 2015, en France, ça existe encore et c’est plutôt réjouissant !

IMG_2549[1]

Seuls les préparatifs des festivaliers affairés sur les belles placettes alentours, viennent apporter juste ce qu’il faut de bruit. Du côté de la Fontaine aux Éléphants par exemple. Oui, les noms des monuments ici sont empreints de magie presqu’enfantine. Une candeur chaleureuse semble flotter le long des allées piétonnes. Même le café des arts soigne sa devanture pour parfaire le périple chambérien.

IMG_2522[1]

Surprenante. La surprise, c’est le deuxième mot qui me vient à l’esprit pour évoquer l’atmosphère de la ville. J’ai été surpris par son château qui surgit au détour d’une ruelle sans crier gare. Surpris par les cascades de bégonias qui sans complexes, larmoient sur les balcons de la place-Saint Léger, refuge des cabornes, petites cahutes commerçantes riantes et délicieuses. Surpris encore, et un brin affamé, par des vitrines de mets dignes des rêves les plus fabuleux. Bugnes et confitures de lait se partagent la vedette et jouent les premiers rôles. A deux pas, d’imposantes arcades rentrent en scène, à la mode turinoise, rue de Boigne, paradis des noces.

Plus loin, les trompe-l’œil font aussi partie du spectacle. Chambéry est belle et bien plus qu’une préfecture, c’est toute une ambiance inattendue et fascinante : à la fois humble et extravagante, discrète et pétillante. Un gros coup de cœur ! On ressort de cette première fois rasséréné et reboosté.

Un beau mélange d’énergie et d’apaisement à la clé. A visiter sans se presser, c’est en plus un des territoires proches des Chemins du Soleil et des P’tites Routes du Soleil, nos itinéraires cyclo touristiques au cœur des Préalpes !

Comments

comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *