Bivouac au menu, Mont Blanc en dessert

Oh My Alps a rencontré Delphine, la pimpante trentaine, qui a exploré aux premières lueurs de l’été, la Réserve Naturelle de Sixt-Passy au Pied du Mont Blanc. Trois jours de rando et de bivouac entre amies, c’est à la carte de ce nouveau témoignage piquant glacé de sommets enneigés.

Bonjour Delphine, quelle est la recette d’un bivouac entre copines réussi ?

La recette est simple : 4 jours en montagne, de Passy (74) jusqu’à la Suisse par la Vallée du Trient. On était donc sur plusieurs circuits de randonnées : un mix de Via Alpina, GR5 Alpes et Tour des Dents Blanches. On avait envie de déconnecter, sortir des sentiers battus et de se retrouver dans la nature.

2015-06-27 17-35-14 - DSC02930

Quels sont les paysages qui vous ont le plus bluffés ?

C’est un petit vallon suspendu près du refuge de Sales, entre les Rochers des Fiz et le Désert de Platé. Un mélange de calcaire crayonné de gentianes indigo, de rhododendrons et d’ancolies bleutées. Cerise sur le “plateau”, un panorama sublime sur le massif du Mont Blanc s’est offert à nous. A cet instant, on a l’impression d’être là où il faut, au bon moment et au bon endroit. On se dit dans ces moments-là : “j’aimerais arrêter le temps”.

Et la faune locale, peureuse ou facile à apprivoiser ?

Il y a un petit jeu entre les animaux et nous. Les chamois, un brin espiègles, nous guettent de loin sans oser s’approcher. Les bouquetins, puissants et sereins, étaient un peu moins curieux et plus sauvages encore. En toile de fond, un réjouissant concerto de marmottes résonnait à travers les alpages.

2015-06-26 13-40-36 - DSC02825 (2)

A quel moment on se préoccupe de chercher un abri pour la nuit ?

Vers 17h00, on commence à se poser quelques questions ! Mais finalement, c’est aussi une affaire de feeling, en fonction de la météo, du relief et de l’ambiance du lieu. On ressent une impression primitive et privilégiée. Il existe encore une myriade de lieux où on peut se retrouver “seul au monde”. La montagne devient notre berceau pour une nuit, blotti dans une couette d’adrénaline.

Tout ça a l’air très bien, mais bon, si on creuse un peu, il y’a bien eu quelques petits obstacles ? Je n’ose pas croire que tout était parfait ! (rires)

Nous ne sommes pas passées loin de certains petits désagréments par moments. Par exemple, la descente de Samoëns sur la route goudronnée aurait pu nous paraître interminable si nous n’avions pu croiser des locaux et faire du stop. On a pu échanger notre expérience avec eux. On a même été conseillées sur le parcours du lendemain. Vraiment, trois jours de randonnée au top !

Comments

comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *