L’Alpe en 300 mots #2 : les villages perchés

C’est avec une belle dose de bonheur que je viens vers vous chers internautes, conter ensemble aujourd’hui, avec une pincée de mots, ce qui fait la richesse des Alpes. Après les lacs d’altitude, partons en rimes survoler les villages perchés, diamants bruts de nos reliefs. En poésie, essayons de mettre des mots sur ces joyaux hors du temps qui abritent l’âme humaine.

Poème sur les villages

Enlacer les ruelles autour du vide,

Ouvrir ses volets face au vertige,

Se prélasser face à un panorama de prestige,

L’horizon s’éclaire d’un regard avide.

Les randonneurs à l’ombre d’une terrasse,

Rêvent d’une imminente Provence.

Au cœur des villages, ces escargots de pierre

Contemplent les vallées, ses aigles aux belles serres.

A l’abri des fontaines aux reflets de menthe,

Un chapeau sur la tête, le mistral déambule dans les ruelles en pente.

Prairies verdoyantes aux confins de Sisteron

Le soir vient, les marcheurs se lèvent et approchent du sommet,

A l’ombre de l’église, au détour de façades craquelées,

Ils aperçoivent les Alpes, nimbées d’un crépuscule d’or

Ses triangles de nacre désignent le ciel qui s’endort.

La nuit arrive sur la pointe des pieds…

Il est temps de laisser tranquille le belvédère,

A l’aube nouvelle, de nouveaux paysages éphémères

Venus tout droit du quartier de l’imaginaire,

Viendront titiller nos âmes en plein air

 

Comments

comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *