Mes premiers pas à Grenoble, chevaux au vent et nids de verdure

A quelques encablures des Chemins du Soleil, l’itinéraire à VTT des Préalpes, Grenoble vaut-elle le détour ?

L’année dernière, j’ai pris le pouls de Chambéry et Thonon les Bains. Aujourd’hui, je vous fais partager mes premiers pas autour et dans Grenoble. La première sensation qui me vient à l’esprit, c’est le mot… inattendu.

Passer d’un château effleuré par des crinières chevalines avec en toile de fond Belledonne à des parcs aux mille couleurs, nous sommes dans le virtuose, les surprises et la douceur de vivre.

gr3

Le parc d’Uriage et son sublime saule pleureur

gr1

Herbeys, l’éden des chevaux au vent

Le printemps à Grenoble, on passe des dernières offensives hivernales aux prémices de l’été en un claquement de doigt.

J’en ai fait la curieuse expérience en ce début du mois d’avril. Deux jours avant la prise de ces photos ensoleillées, je suis parti faire du repérage sous un ciel gris et pluvieux. Mais vous savez quoi ? Malgré le temps bâché, les passants n’avaient pas grise mine. Bien au contraire. A Grenoble, il y a une énergie et un sentiment de bien être qui n’ont rien à envier à d’autres endroits en France.

gr4

Détentes absolues au Jardin de Ville, un dimanche ensoleillé

Le deuxième mot qui m’est venu à l’esprit dans celle que l’on nomme “Capitale des Alpes”, c’est la notion de “cocon“.

Le vendredi sous la pluie ou le dimanche sous l’azur, par tous les temps, je me suis senti… protégé, blotti, abrité sous les silhouettes maternelles de trois massifs, tous différents les uns des autres.

La Charteuse et ses falaises reptiliennes et herculéennes, Belledonne et ses allures d’Himalaya miniature et le Vercors aux formes hypnotiques. Le relief mène la danse à chaque coin d’avenue. “Au bout de chaque rue, une montagne…” clamait Stendhal au début du 19ème siècle… Rien ou presque n’a changé deux siècles après…

 

gr7

Croiser un vélo, toutes les 10 secondes. Une habitude typique grenobloise… Ici le Parc de Ville chapeauté par l’impressionnant Vercors en arrière plan.

Quand on s’immisce à travers les ruelles, j’ai été surpris par la pléiade de bonnes petites adresses qui réchauffent le cœur de cet hiver tardif. Pléiade. Ce sera le troisième mot évocateur de cette balade. Pour tous les goûts, le centre historique de Grenoble est attractif.

Parmi toutes les villes que j’ai eu la chance de visiter en France, rares ont autant de boutiques encore ouvertes dans leur centre ville. Il faut dire qu’ici, les piétons et les vélos sont à l’honneur. Ville sportive par excellence, la population suit le même tempo et contribue à l’effervescence des artères commerciales (même sous temps de pluie !).

D’ailleurs, un petit mot sur la population : la pléiade là aussi ! Des étudiants et des jeunes actifs de tous horizons en pagaille en ce vendredi après-midi d’avril. A la question “qu’est ce qui vous plaît dans cette ville ?” la plupart loue la qualité de vie et le dynamisme de la région. Marie, 28 ans, coiffeuse va dans ce sens :”Je viens du Sud-Ouest et du jour au lendemain j’ai voulu voir si l’herbe était plus verte ailleurs. Ici, en même pas deux semaines, j’ai trouvé un CDI.” Coup de chance ou véritable coup de projecteur sur l’emploi des jeunes, ici, l’iséroise semble tendre les bras à bien des habitants, venus des quatre coins de France, et du Monde !

gr8

Émeraude, orangé, nacre. Trois couleurs qui reflètent le printemps grenoblois. Ici près de la Préfecture.

gr9

Au détour du Centre Ville, une troupe atypique reprend des titres populaires.

L’escapade continue à travers la ville quand j’aperçois une quatrième sensation qui voltige au dessus des pavés. Celle de l’allégresse. Elle tournoie autour d’une petite troupe de musiciens colorés, s’élance jusqu’à la pétillante Place Victor Hugo et finit sa course dans la surprenante Caserne de Bonne, verte à souhait. La joie se lit à ciel ouvert dans cette ville aux mille histoires, dans ce recoin des Alpes.

gr10

La Place Victor Hugo est elle aussi de la fête des couleurs.

gr12

Non, non, ce n’est pas une photo d’un projet immobilier en projet. C’est bien la vraie vie.

gr11

Grenoble est parfois malmenée dans les médias, pourtant, elle fourmille de bons côtés. L’air y est plus pur que l’on peut le croire aux premiers abords, les paysages sont à couper le souffle, et la ville  mêle inattendu, qualité de vie, diversité et allégresse. Nichée dans un coin de France, l’iséroise a de beaux jours devant elle.

gr14

Office de tourisme de Grenoble

Comments

comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *